dimanche, mars 25, 2007

The Quest for Christian perfection (5)

Passion Sunday

Charity is a friendship and not an interested love.” This truth is now well ingrained in our minds, so let’s continue on further and let us consider the qualities of this particular friendship, still by following the teaching of Saint Francis de Sales. And he says first that “ it is a true friendship, because it is mutual.”
I personally think that we should think more often about the idea of reciprocity between ourselves and God. We, too often, consider our relationship with Him to be a relationship between a servant and his master or a subject and his king. It is certainly true, because we truly are the servants and subjects of Jesus Christ, Our Lord and our King. But this notion does not reflect the entire reality of what Charity is. Loving one’s master or one’s king is good, but you rarely hear speaking about friendship for a master or a king. Yet our love for God has to be a true friendship, and this makes a huge difference. You probably have many acquaintances and you probably know many people that you like and who’s company you enjoy. But how many true close friends do you have? Probably just a few, because a true friendship supposes a certain close intimacy and that you cannot have with everyone.

A friend is someone that you love, that you trust, for whom you are ready to make any sacrifice in order to help if he has need. It is a person with whom you can speak frankly and discuss everything, even when you don’t agree and when the subject brings controversies. A true friend is present in your mind, in your heart, in your prayers. Our Lord Jesus Christ should be one of your friends, and the best one.
Saint Francis de Sales explains that “it is a friendship of dilection, which means of election. It is incomparable to any other and it is really eminent and supernatural. It is like a sun in a soul which embellish it with its rays and perfects all its spiritual faculties.” Thus, a soul that loves God with a true Charity is totally enlightened by Him. Charity, indeed, is not only a particular virtue, but also a general virtue which shines on and illuminates all the others. There is a practical consequence: “love gives perfection to all our works.” It is not the action itself which brings us perfection, but the love we put to our actions. Saint Francis de Sales explains when he says that suffering a little thing with two ounces of love is better than suffering martyrdom with only once ounce, because “Charity and love give a price to everything.”

Remember what we said in our first sermon about Christian perfection. Christian perfection does not consist in a multitude of actions, prayers and penances. It depends upon the love we have when we commit them. For that reason, charity is the supreme good of a soul. As such, it should be our most desired good and we should go to its source to obtain it.

We said last Sunday that its source is God Himself, because He is Charity. Now, we need to be more precise. How can we find God, or rather where can we find Him? The best place is certainly the place where He shows the greatest love, which is Calvary. It is good to turn our minds toward the Calvary during this Passion time. There, we can see Charity in its most delicate expression. We can also see the effects of sin by contemplating the sorrows of Jesus torn by the scourge of our iniquities. On Calvary, the purity of Divine Love meets the atrocity of human pride.

Saint Francis de Sales says: “ The Son of God is now on the Cross: What put Him there? For sure, it is love. Since it is certain that He died for us, the least we can do for Him is to live out of love for Him. Nothing is impossible to love: it will destroy in us everything that displeases the Divine Majesty.”

We should contemplate the Cross often. But remember what is most important. God does not expect from us a merely affective love. Saint Francis de Sales explains it very well with his usual good sense: “The Savior does not ask only for the affective love which makes us weep or which stirs up so many desires without effects. Hell is full of such desires. Our Lord asks for the effective love, which manifests itself with the affective love, as he showed on the Cross.”

At the beginning of Passion time, let us turn to Our Lady of sorrows and let us learn from her how to love God. Loving God means loving the Calvary; because there, a God made man taught us one day how to love. With Mary, let us understand that “Greater love than this no man hath, that a man lay down his life for his friends.”

In memoriam

Archbishop Marcel Lefebvre
( November 29th 1905 - March 25th 1991 )

We don't accept the decision of Archbishop Lefebvre regarding the consecration of four Bishops against the will of the Holy Father, but we are still gratefull for the great work he did during his life, especially in Africa and then in his efforts to defend and keep the traditional Mass and the preaching of the Faith.
Let us pray for the repose of his soul!
Requiescat in Pace

mercredi, mars 21, 2007

FSSP - Una Voce announcement

UVA Launches Priest Training Workshops

Joint Effort with FSSP to Train Priests to Celebrate the Traditional Latin Mass

PRESS RELEASEFor Immediate Distribution - March 11, 2007 Publicity flyer (PDF)
Una Voce America is pleased to announce a collaborative program with the Priestly Fraternity of St. Peter (FSSP) designed to provide training for any priest interested in learning how to celebrate the traditional Latin Mass.
"This program may be the most important effort we've undertaken," said UVA director Jason King recently. "We're grateful to the Fraternity for its generous support of this project."
Training will take place in June 2007 at Our Lady of Guadalupe seminary in Denton, Nebraska, which is located in the diocese of Lincoln. The workshop will last for one week and will be repeated three times (the first, second and fourth weeks of June). Each session will begin on a Monday at noon and end Friday at noon of that week. A priest need only attend one of the three sessions, as the same material will be covered in each one.
The FSSP will be responsible for curriculum and instruction, while UVA will assume primary responsibility for funding and promoting the program.
Over a year in the making
UVA's board of directors began actively discussing the concept of priest training in early 2006, King said. Preparations accelerated last fall amid speculation that Pope Benedict XVI was planning to grant greater freedom for celebration of the Mass according to the 1962 Roman Missal.
"We felt this presented a historic opportunity for the nation's largest lay organization supporting the traditional Latin Mass -- Una Voce America -- to collaborate with a clerical religious institute whose priests actually use the 1962 Missal -- the Priestly Fraternity of St. Peter," King stated.
He explained that most if not all American seminarians study only the modern liturgy that became normative following the Second Vatican Council. This has left a gap in knowledge of preconciliar liturgy that the priest training program will begin to address.
According to King, both Una Voce and the Priestly Fraternity of St. Peter view the faithful's devotion to the Latin liturgical tradition as a "unique charism in support of the new evangelization championed by Pope John Paul II -- a charism that is ever ancient, yet ever new."
Week-long intensive training at Nebraska seminary
The Rev. Calvin Goodwin, FSSP, will be the Fraternity's contact point for interested clergy. He explained that the seminary has prepared a detailed curriculum (with books and an instructional DVD/CD) and has designated priests and deacons to teach and assist.
According to Fr. Goodwin, the workshops will cover not only the rubrics but also the liturgical principles underlying the rubrics.
"Priests will learn not only how far to raise their hands and how to pronounce the Latin, for example, but how the various gestures and prayers fit into the liturgical prayer of the Church, and reflect the Faith itself," Fr. Goodwin said.
"No prior experience with the traditional Mass is needed, and the course is open to all priests regardless of their level of Latin proficiency," he emphasized. "In fact, our instructors are eager to work even with those priests who have no previous Latin training at all."
Fr. Goodwin added that the curriculum, although very intensive, was designed specifically to accommodate today's busy clergy.
"It's often difficult for priests to learn these things from a video or book in their spare time -- they're pulled in a thousand different directions in their parishes," Fr. Goodwin explained. "Here at the seminary, without distractions, they will be able to ask questions and get the answers and encouragement they need," he added.
UVA to make financial aid available
Cost for the program will depend on the number of participants, but is estimated at $300 per priest. This sum will cover all course materials, which the priest may keep, as well as room and board for the week of the priest's stay. Una Voce America has offered to help any priest who needs financial assistance.
"Una Voce America is committed to raising sufficient funds to enable every interested priest to receive instruction on the proper celebration of the traditional Latin Mass," King said.
Una Voce America and the Priestly Fraternity expect to offer the PTP sessions on a periodic basis in the future. They also will establish a waiting list for priests who are unable to attend one of the June 2007 sessions or who cannot be accommodated by the limited space available in the initial sessions.
UVA is calling on its chapters, affiliates, and individual members to support this effort with prayers and financial contributions. Those who wish to support this program financially can send donations to Una Voce-Syracuse, PO Box 993, Oswego NY 13126. Checks should be designated for "priest training."
Program will support Vatican initiative
Although the priest training program was inspired in part by numerous reports that Pope Benedict XVI intends to free the traditional Latin Mass from the restrictions that now prevent its widespread celebration, UVA doesn't want to "presume too much on his decision," commented R. Michael Dunnigan, chairman of the organization.
Nonetheless, he added, "The Holy Father has been a courageous and eloquent defender of the traditional Mass, and if his will is to grant wider access to it, then we certainly want to do our part to promote the conditions that will help to achieve this goal."
Some bishops and other critics have opposed freedom for the traditional Mass, expressing concern that priests lacking adequate training may celebrate the Mass improperly. Dunnigan believes that these fears are misplaced.
"In addition to being sacramental ministers, priests are skilled professionals who take pride in their work," he said. "As a result, very few would be inclined to celebrate this Mass in public before they are fully prepared to do so."
In any event, Dunnigan pointed out that the priest training program sponsored by UVA and the FSSP is a cause that both proponents and critics of the traditional Mass can support.
"To the extent that the critics argue in favor of proper training, the traditionalist community fully supports this goal," Dunnigan said. "In fact, the very mission of the priest training program is to ensure that every priest who wishes to celebrate this Mass will receive the instruction that he needs to do so properly and reverently."
To receive more information or to make a reservation, interested priests should contact Fr. Goodwin at (402) 797-7700 or email: seminary@fsspolgs.org or write to: Attn: Mass Workshops, O.L.G. Seminary, P.O. Box 147, Denton, NE. 68339.
Priests in need of aid may inquire in confidence to UVA, c/o Mr. Jason King, PO Box 1146, Bellevue, WA 98009-1146.

dimanche, mars 18, 2007

The quest for Christian perfection (IV)

Deus caritas est ! – Man is not the source of charity. Only God is charity and the source of charity. When man wants to be charity for his brothers, he must ask God for this charity.”
Dear Brethren, when you want something, you usually go to the source of the thing you want in order to obtain it. Now, Father Jérôme reminds us of something that we already know but that we may forget too often. God is the source of Charity, because He is Charity.
We are now continuing our Lenten meditation on Christian perfection and we try to understand what, exactly, Charity is. Last week we contemplated its negative side, which is the hatred of sin. So now, let us consider what Charity truly is in its essence. The fact is, this is not such an easy thing to do. The reason for the difficulty we have in contemplating the true essence of Charity is that Charity is God Himself, we must acknowledge the deficiency of our intellect when it faces the immensity of the mystery of God. Then, we have to cast aside many prejudices and false concepts about Charity. So at this point, when I was preparing my sermon, I thought: “Well, what can I say now about Charity?” I was a little bit confused but finally I rested with thought that I simply needed to trust Saint Francis de Sales who spoke so well and so beautifully about the Love of God, because he just loved Him very much.

So, Saint Francis de Sales says that “the Christians of the early Church used to call each other brothers. Then, the first fervor cooled down and it has been decided that the Religious would be called brothers and sisters in order to show the sincere and cordial friendship they should have for each other. I say ‘cordial friendship’, which means that it has its foundation in the heart.” Then he explains that cordial friendship “is one of the main fruits of Religion performed by Charity. This union is such that it makes from many hearts only one.”
Thus, cordial friendship is not Charity itself but one of its main manifestations. It makes us see our neighbor “in the bosom of the Savior” as Saint Francis de Sales says. We have to see and to love our neighbor, whoever he is, “in the bosom of the Lord”. It makes all the difference between a true Charity and a natural love.

Natural love pushes us to love what brings a certain satisfaction and pleasure. When this satisfaction is sought for itself, it is indeed improperly that we speak about love. It is rather selfishness. Thus we have to cast aside our selfishness and to cast ourselves into the bosom of the Lord, so that we can love with His Heart. Saint Francis de Sales says that our neighbor, who is the one that we must love, is in the bosom of the Lord. I am know thinking of Saint John who put his head on the bosom of Jesus. What was he doing? He was seeking the love of God.
Dear brethren, if we really want Charity, we have to go to its source: Our Lord Jesus Christ. He can make our hearts malleable and shape it according to His good will, provided that we let Him. This work is delicate. It is often sorrowful, because it is a work of purification. The heart is very sensible and when Jesus touches it, you can feel a heat which can be painful. But then, when you are totally deprived of yourself and Jesus reigns in your heart, you feel only a peaceful and restful warmth. It is a great gain for those who accept this purification of the heart. They love God more than His consolations and they accept anything from Him. The others, the great majority, revolt or abandon. Their Charity is not perfect, because they prefer the consolations rather than the Cross. They are not in the bosom of Jesus. By refusing the grace of the purification of their hearts, they are in danger of losing the grace. Some might continue to practice their Faith but with no heart. They may do their duties and perhaps they do them well on a material level but Charity is no longer the principle of their actions. In fact, they try to fill in a lack of affection – the affection of the heart they don’t have for Jesus, with too much activism. They have to be busy, as if holiness consists of business. Then, they seek perfection in the achievement of their works, but, as we said at the beginning of Lent, this is not perfection, at least, not according to the Heart of Jesus.

Some others, because of a lassitude, even end up abandoning their duties of religion. They start by spacing out their confessions, then their communion, especially if they have committed a mortal sin. One day, they just leave the Church. God was not in their hearts, which makes religion a heavy burden. Be aware, brethren, that each one of us can be affected by this danger, lay people, priests or religious. Once again, if you don’t love in the bosom of Jesus, you cannot love as God wants you to love; you are not able to fulfill all the duties of our Religion that ,in the end, you disfigure.

Saint Luke, while speaking about the first community says: “the multitude of believers had but one heart and one soul.” One heart and one soul! This supposes attention to your brother. If we have such an attention to give, matured and improved by a true Charity, in other words, if we love our brother in the bosom of the Lord, the fruits are great: “with great power did the apostles give testimony of the resurrection of Jesus Christ our Lord; and great grace was in them all.”
So, dear brethren, let us implore God to give us the grace of Divine Love. Let us ask Him to change our Hearts, so that we can practice a true Charity instead of trying to show it, perhaps, at time, with hypocrisy. As God is never fooled and truly knows the farthest corners and greatest depths of our hearts.
May Our Lady help us to accept the necessary purification that we need in order to increase our love and to love more perfectly.

Amen !

mercredi, mars 14, 2007

A beautiful testimony

I met Pierre Panis seven years ago, while I was beginning my priestly ministry in Perpignan (south of France). Since Pierre is unable to move, I would go to his home to say Mass and to give him Our Lord. It was, for me, a rewarding experience, because beyond the joy of offering him the Sacraments, I also received from him a beautiful lesson of life and Faith. Pierre’s vocation is certainly to remind us that there is only One Necessity. May Our Lady keep his Faith intact. Here is a letter that he recently wrote.

I was born in 1952 and I married in 1977. I was a winemaker and tree farmer, very dynamic by nature. I used to live happily and I enjoyed life very much. One day, at the end of 1985 – I was 33 years old – I began to be bothered when using a screwdriver. Six months later, I was in a wheelchair, and three years later, unable to hold my head up straight, I took to my bed… that I have never left since that day.
Today, I am totally paralyzed, with tracheotomy, connected to a breathing apparatus. I can only move my eyes. This sickness - Amyotrophic Lateral Sclerosis– causes an inexorable degeneration of all the muscles and rapidly puts the sick in a state of total dependence.
Fortunately, I have a computer with software which allows me to write with my eyes. Thanks to this equipment, I can write today.

After the first period of dejection, I turned toward Heaven and I asked: “Why me?” My fate seemed to me unfair. There are so many “ professional unemployed ”, so many people without faith; so, why me?
I wanted to understand…and I understood. I understood that I needed this sickness to realize that I satisfied myself, as so many people do, just by attending Mass on Sunday. But in fact, I was far from following the way of the Lord. Today, I am totally paralyzed; I can only move my eyes. But I am happy.
I am happy to walk again in the way of the Lord.
I am happy to live in accordance with my ideal.
I am happy to be modestly useful to my God.

I am originally from and old squire Catholic family of churchgoers and I have always had Faith. So when I found out about my sickness, I frantically flew into Faith with despair like one marooned on his life preserver. In spite of the extreme pain – dismay lasts as long as the descent into hells lasts – I kept my confidence in God.
The descent lasts as long as there are still some muscles to immobilize and to paralyze. Then, when you have reached this bottom, when sickness no longer finds anything to nourish its demolishing appetite, you enter into what the eminent specialists call the terminal phase. I have been in the terminal phase for 17 years. I have grown accustomed to it, and – maybe I will surprise you – I am happy: My joie de vivre has swept away and obscured all the inconveniences and constraints of my state. My mind is clear and I have no desire to complain. Would I dare to say: au contraire! Because this sickness is for me a constrained sanctification… to some it may seem to be cruel and unjust. Glory be to God! For the great majority of people, this reaction to misfortune is beyond understanding, but God fills my life and I lack nothing. Would happiness be subjective and totally independent from human enjoyment?
Everyone can meditate on this thought, which is a direct approach of God’s permanent influence on our lives by an action both permanent and elusive on our hearts, our feelings and our fundamental evidences.
Yes, soreness, physical or moral, exists, but it is written in the Bible: “Come to me, all you that labour, and are burdened, and I will refresh you. Take up my yoke upon you, and learn of me, because I am meek, and humble of heart: and you shall find rest to your souls. For my yoke is sweet and my burden light.” ( Matthew 11; 28-30)
I am here to give testimony of this. I have often cheered up the home-health aides despaired by light and transient pains. But I rarely get myself down and I never lost hope because I never doubted of God’ love.
How can you think about euthanasia if you have God in your heart and if no suffering can spoil your confidence in Him? We have to be sorry for “people without God”, because they don’t know the incommensurable happiness to feel loved by God and they cannot imagine the real succor of which the true friends of God benefit in their trials. When hell rages against us, we know that it is only another hardship destined to test our Faith and our confidence in Almighty God, Creator of everything.
We should acknowledge that we have been created because of the great torrent of the infinite love of God and that all our sufferings are necessary for our purification and for the preparation of our happy Eternity in the presence of God.
Yes, when hell rages against us, we intensify our prayers, we beg Heaven, and we keep our confidence, while “people without God” despair, call the death and claim for the right to die. They call this: “ dying in dignity”! Is it not rather desperation and cowardice? The most grave thing, because it is irreversible, is that they refuse God’s will which is Light, and they dash into death which is darkness. God respects their choice and their free will, and He lets them go to the eternal darkness, because it is their free and deliberate choice.
He who accepts and offer his suffering unite himself to God’s will, because he demonstrates humility, obedience, submission, confidence and love for our Creator and Redeemer. Suffering, when it is accepted and offered, is a protection against hell and is our safe-conduct to purgatory of which it can reduce the term.
Thus, euthanasia is twice rightly criminal: for Time and for Eternity. As it is a radical refusal of the Divine Will, it is a ticket for hell. It is the same thing with abortion. The culpability of the abortionist is even worse, because of a selfish comfort, she removes the life of her own child who has an immortal soul, and who will live eternally in Heaven as a martyr of his own mother.[1]
But it is important to know that God forgives the worst criminal who begs His pardon with sincere regret. Anyone can decide to return to God at anytime, but it would be wise not to wait too long.
To conclude, whatever the reality of our life may be, let us offer it to the Divine Justice with joy and let us be faithful friends of our God of Love and Mercy; let us be slaves of Love, because we know that we will spend the Eternity in His Glory and that eternal bliss will perpetually capsize our hearts in rapture and ecstasy.

[1] This is the opinion of Pierre. I personally believe that these souls go to the Limbo, according to the more traditional theological opinion.

Sacramentum Caritatis

Poursuivons notre lecture et méditation de l'exhortation Apostolique du Saint Père sur l'Eucharistie.

Eucharistie, mystère à célébrer

Reprenant le vieil adage Lex orandi lex credendi, le Saint Père réaffirme la nécessité d’harmoniser la Foi et la Liturgie, qui en est son expression. Etant « veritatis splendor », la Liturgie devra se revêtir de la beauté, non point par pur esthétisme, mais comme participant au mystère du Christ « en qui nous contemplons la beauté et la splendeur des origines. » Cette beauté de la liturgie est « expression très haute de la gloire de Dieu, et elle constitue, en un sens, le Ciel qui vient sur la terre. » Il s’agit de comprendre qu’elle « n’est pas un facteur décoratif, mais véritablement un élément constitutif de l’action liturgique. » Autrement dit, on se saurait faire abstraction de la beauté sans altérer la nature de la liturgie. Saint Pie X affirmait déjà : « Je veux que mon peuple prie sur de la beauté. » Il est plus que temps d’exaucer ce désir du Pape et de sortir du lisier de la médiocrité dans lequel nous nous sommes enlisés depuis trop longtemps.

La Liturgie est l’œuvre du Christ tout entier. « Action divine », nous n’en sommes que « les participants », en tant que membres du Corps Mystique. Rappelons-nous la définition donnée par Pie XII dans Mediator Dei : « La sainte Liturgie est le culte public que notre Rédempteur rend au Père comme Chef de l’Eglise ; c’est aussi le culte rendu par la société des fidèles à son Fondateur et, par Lui, au Père éternel : c’est, en un mot, le culte intégral du Corps Mystique de Jésus-Christ, c’est-à-dire du Chef et de ses membres. » De ce fait, Benoît XVI affirme « son fondement n’est pas à la disposition de notre arbitraire et ne peut subir la pression des modes du moment. »

Arrive ensuite le problème épineux de « la participation pleine, active et fructueuse de tous fidèles. » Celle ci doit s’harmoniser à « l’ars celebrandi, l’art de bien célébrer, » qui lui même « découle de l’obéissance fidèle aux normes liturgiques dans leur totalité. » Cette obéissance est plus que nécessaire et nous prions pour que les clercs, évêques en tête, la redécouvrent, la comprennent et l’appliquent. Elle est nécessaire pour une juste expression de l’authentique foi catholique. Elle est nécessaire au plan moral. Il peut être bon de rappeler que les manuels de théologie morale, jusqu’à une époque pas si ancienne, considéraient comme péché mortel, toute infraction délibérée aux rubriques. Cela montre bien la dignité de l’action liturgique et le respect que nous devons lui manifester. Nous sommes serviteurs du Christ, ne l’oublions pas. Nous ne jugeons pas maintenant de la culpabilité des prêtres dans leur façon de célébrer. Après plusieurs décennies de lavage de cerveau dans les séminaires, peut-être nombreux sont ceux qui sont dans une ignorance invincible, encore qu’il soit du devoir de chacun de s’instruire des normes et des lois de l’Eglise. Nous savons aussi que de fortes pressions peuvent s’exercer, y compris de la part de ceux qui ont le devoir d’être les garants du respect des lois. Mais puisque le Saint Père rappelle la nécessité de l’obéissance aux normes liturgiques, ne peut-on pas souhaiter et demander que des mesures efficaces soient prises envers les contrevenants ? Nous sommes conscients que l’on ne peut pas tout changer d’un seul revers de la main et que cela prendra du temps, mais il faudra bien que l’Eglise fasse preuve d’un peu plus d’autorité, en bonne Mère qu’elle est. Il en va de l’honneur et de la révérence dus à Dieu.
Ainsi la Liturgie est un devoir, et même « le principal devoir » des clercs : « Evêques, prêtres et diacres, chacun selon son degré, doivent considérer la célébration comme leur principal devoir. » Ce devoir incombe en premier lieu à l’Evêque diocésain, « premier dispensateur des mystères de Dieu dans l’Eglise particulière qui lui est confiée, guide, promoteur et gardien de toute la vie liturgique. » Le Pape ajoute : « il est le liturge par excellence de son Eglise. » Il en exhorte ensuite « à faire tout ce qui est nécessaire pour que les célébrations liturgiques présidées par l’Evêque dans l’Eglise Cathédrale se déroulent dans le plein respect de l’ars celebrandi. » Souhaitons que cet ars celebrandi ne soit plus soumis à l’arbitraire subjectiviste de certains prélats aux gouts étranges. Il faut parfois faire preuve d’imagination pour comprendre en assistant à certaines messes célébrées pourtant par l’Evêque en sa Cathédrale, qu’il s’agit là du renouvellement non sanglant du sacrifice de la Croix selon l’esprit et la doctrine catholiques. Lorsque l’on sait que l’église Cathédrale, qui est l’église-mère du diocèse est sensé être « le modèle pour toutes les autres églises du territoire », comme le rappelle encore le Pape, on ne s’étonnera plus de l’originalité de certains offices de-ci de-là.

La beauté de la Liturgie doit aussi s’exprimer à travers les arts sacrés : architectures, sculpture, peinture. « Il est nécessaire qu’en tout ce qui concerne l’Eucharistie, on ait le goût de la beauté » souligne le Pape. Le chant liturgique doit en particulier faire l’objet d’un soin particulier, en ce sens qu’il exprime la louange de Dieu. Le chant grégorien, en particulier, est et demeure, comme le rappelait déjà le Concile Vatican II, « le chant propre de la liturgie romaine. »

Le Saint Père entre ensuite dans des considérations plus pratiques, affirmant « l’unité de l’action liturgique. » Certes nous pouvons distinguer la Liturgie de la Parole de la Liturgie Eucharistique, pour reprendre la terminologie actuelle, mais distinguer n’est ni dissocier ni opposer. La messe est le sacrifice de Notre Seigneur : il s’agit bien d’un acte unique.

Le Pape en appelle à une plus grande attention envers la Parole de Dieu qui doit être méditée pour pouvoir être appréciée. Bien sûr le prêtre qui offre le sacrifice a tout intérêt à lire les textes de la messe avant de célébrer, mais les fidèles qui assistent peuvent aussi tirer un grand profit d’une lecture de leur missel avant le début de la messe. Celle ci peut s’intégrer par exemple dans leur prière du matin, ou bien la veille au soir.

Un petit paragraphe concerne ensuite « la présentation des dons.» Certes les Sacramentaires anciens rapportent que les fidèles avaient coutumes d’offrir les dons au débuts de l’offertoire, au moins jusqu’au VIIIe siècle. Petit à petit, ces processions d’offrande ont disparu tandis que les prières d’offertoire dites par le prêtre se développaient de par l'influence des Apologies, d’origine Gallicane, passées dans le rit Romain aux VIIIe – IXe siècles. Or le Novus Ordo a renversé la tendance. Nous déplorons le fait que les prières de son offertoire soient réduites à une peau de chagrin, tandis que bien souvent on amplifie l’importance de la procession des offrandes, au point d’en faire parfois un véritable show. Benoît XVI en appelle toutefois à une certaine sobriété : « Ce geste, pour être vécu dans sa signification authentique, n’a pas besoin d’être amplifié par des complications inopportunes. »

Même remarque pour le geste de paix, « qui peut prendre des expressions excessives, suscitant un peu de confusion dans l’assemblée juste avant la Communion. » Le fait est que parfois, ce n’est pas « un peu de confusion » mais un immense brouhaha qui précède la Sainte Communion. Là encore, il semble que ce soit sagesse de l’Eglise d’avoir supprimer ce geste de paix pour les fidèles, réapparu dans le missel de 1969. Les arguments psychologiques donnés par le Pape pour justifier ce ‘baiser de paix’ ne me semblent guère convaincants : « A notre époque, si terriblement éprouvée par le poids des conflits, ce geste prend, même du point de vue de la sensibilité commune, un relief particulier en ce que l’Eglise considère toujours plus comme sa tâche propre, à savoir d’implorer du Seigneur le don de la paix et de l’unité pour elle-même et pour la famille humaine tout entière. » Bien sûr, il nous faut faire preuve de compassion, de charité et veiller à tisser des liens entre les hommes. Mais le Christ le fait mieux que nous. En rapprochant les âmes du Christ, on arrivera certainement à de bien meilleurs résultats en ce domaine. Une préparation adéquate à la Sainte Communion semble plus appropriée qu’une effusion de sentiments qui ne peuvent n'être parfois que trop humains.

Au sujet de la distribution de la Sainte Communion, le Pape renvoie aux documents récemment publiés, principalement Redemptionis Sacramentum du 25 mars 2004. Une fois encore, on observe dans grand nombre d’églises – à vrai dire, presque partout au moins en nos pays occidentaux – des abus. Quelle signification doit-on ainsi donner au mot ‘extraordinaire’ lorsque l’on voit des ministres dit ‘extraordinaires’ partout ? Il est heureux que la Pape demande à ce que l’on « s’en tiennent fermement aux normes en vigueur » mais comment cela sera t’il suivi dans la pratique ? En outre, c’est le principe même de la communion dans la main que nous contestons.
Enfin, le Pape rappelle que « l’Ite missa est » est un envoi en mission. Nourris aux pieds des autels, nous pouvons repartir, riches du Christ, témoigner de notre Foi, de notre Amour et de notre Espérance. Que Notre-Dame nous conforte dans ces vertus.
A suivre...

mardi, mars 13, 2007

Sacramentum Caritatis

Voici quelques réflexions nées de la lecture de l’Exhortation Apostolique Sacramentum Caritatis du Pape Benoît XVI.

Première Partie

L'Eucharistie, mystère à croire.

A la lecture des premières lignes, une question nous vient spontanément à l’esprit. Le Saint Père affirme en effet que « le Seigneur se fait nourriture pour l’homme assoiffé de vérité et de liberté. » Qui a soif de la vérité ne peut en effet accueillir Notre Seigneur qu’avec désir et reconnaissance. Mais n’est-ce pas précisément cette indifférence pratique du monde moderne pour la vérité qui entraine un délaissement des Sacrements ? Si la vérité ne semble plus intéresser nos contemporains, pourquoi iraient-ils à sa source ? Le relativisme intellectuel, qui bien souvent sert de justificatif au laxisme moral est certainement l’un des plus grands maux de notre temps.

Le Saint Père rappelle ensuite une doctrine déjà exprimée par Pie XII dans l’Encyclique Mediator Dei, à savoir que « la célébration eucharistique est la source et le sommet de la vie et de la mission de l’Eglise. » On comprendra dès lors l’importance que l’on doit attacher à la façon de célébrer ou de vivre cette célébration, pour employer un vocabulaire à la mode. Certes, cette façon de célébrer peut changer avec les lieux et le temps, et, de facto, elle change. Ce changement est inhérent à la vie de l’Eglise, comme Pie XII l’affirmait déjà : « L’Eglise, sans doute, est un organisme vivant ; donc même en ce qui regarde la liturgie sacrée, elle croît, se développe, évolue, et s’accommode aux formes que requièrent les nécessités et les circonstances au cours des temps, pourvu que soit sauvegardée l’intégrité de la doctrine. »

Benoît XVI évoque alors « l’influence bénéfique – exprimée par les Père synodaux – que la réforme liturgique réalisée à partir du Concile œcuménique Vatican II a eue pour la vie de l’Eglise. » Il nous est dit aussi que « certains abus ne peuvent pas masquer que le renouveau liturgique, qui contient encore des richesses qui n’ont pas été pleinement explorées, est bon et valable. » Nous demandons à voir ! Nous demandons à croire ! Etant sauf le respect dû au Saint Père, nous restons quelque peu sceptique face à une telle affirmation, qui n’engage pas notre Foi au demeurant.

L’Eucharistie est d’abord un mystère de foi, comme il est rappelé après les paroles de la consécration dans le nouveau rit. « Elle est le résumé et la somme de notre foi. » Cette vérité, me semble t’il, est exprimée de façon encore plus admirable, et même de façon plus audacieuse, dans l’ancien rit, où les mots ‘mysterium fidei’ sont insérés non pas après les paroles de la consécration, mais au milieu, au coeur même du mystère renouvelé. Il fallait bien en effet, une certaine audace de l’Eglise pour les insérer au milieu même des paroles de Notre Seigneur.

Le mystère exprimé à l’autel est d’abord un mystère d’amour ; le mystère de l’amour du Dieu Trine pour les hommes, amour qui trouve son apothéose dans le don du Fils. Benoît XVI nous dit que « le mystère de la foi est le mystère d’amour trinitaire, auquel nous sommes appelés à participer par grâce. » C’est cet amour qui a scellé la nouvelle et éternelle alliance qui nous obtient le salut.

Le Pape insiste bien : cette alliance est véritablement nouvelle, même si elle s’inscrit dans un contexte bien précis, enraciné dans la tradition juive. L’institution de l’Eucharistie s’est bien faite « au sein de l’antique repas sacrificiel juif. » Mais ce dernier était la figure. Nous sommes dorénavant dans la nouveauté de la vérité. Cette vérité est ‘re-actué’ lors de chaque célébration de la messe. De par le Sacrement de l’Eucharistie, « le Christ demeure présent et agissant dans son Eglise. » Or, comme l’affirme le Pape, cette présence du Christ se réalise et se maintient « en vertu de l’action du Saint Esprit. » Nous sommes pour cela invités à « réveiller en nous la conscience du rôle décisif exercé par l’Esprit Saint dans le développement de la forme liturgique et dans l’approfondissement des mystères divins. » Nous espérons que nombreux sont ceux qui répondront à cette invitation afin de pouvoir dépouiller la liturgie de ce qu’elle a de trop humain dans certaines façons à la mode de célébrer. Il nous faut impérativement retrouver le sens de Dieu.

Le rôle essentiel de l’Eucharistie dans l’Eglise est ensuite réaffirmer avec force. « L’Eucharistie est principe causal de l’Eglise. » Autrement dit, sans elle, il ne saurait y avoir d’Eglise. C’est bien pour cela que l’on ne peut pas parler d’Eglise au sens théologique du mot pour désigner les confessions protestantes qui ont rejeté l’Eucharistie. L’Eglise est certes ‘l’ecclesia’, le rassemblement des fidèles, mais fidèles qui se rassemblent autour du Christ mort, crucifié et ressuscité. L’équivocité de l’expression ‘Corpus Christi’ nous montre que « l’Eucharistie est constitutive de l’être et de l’agir de l’Eglise. » En effet, « l’Antiquité chrétienne désignait par la même expression, Corpus Christi, le corps né de la Vierge Marie, le Corps eucharistique et le Corps ecclésial du Christ. » Nous avons ici une vérité à rappeler dans le dialogue œcuménique, comme le souligne ensuite le Pape.

Quelques directives pastorales sont ensuite données, comme la nécessité de lier l’Eucharistie aux autres sacrements. De fait, les six autres Sacrements sont en vue du Saint Sacrement, car tout est établi en vue de notre union avec le Christ. Est en particulier réaffirmée, l’importance du Sacrement de Pénitence, surtout en un temps où « la culture tend à effacer le sens du péché, favorisant un comportement superficiel qui porte à oublier la nécessité d’être dans la grâce de Dieu pour s’approcher dignement de la communion sacramentelle.» D’un point de vue pratique, le document encourage « la confession fréquente. » La pratique des indulgences sera aussi encouragée, puisqu’elle implique justement confession et communion.

Bien évidemment le Sacrement de l’Ordre est d’une importance capitale, puisque sans prêtres, il n’y aurait point d’Eucharistie. Les prêtres doivent comprendre qu’ils ne sont que ministres de Jésus Christ – et c’est précisément cela qui constitue leur dignité – et qu’en l’occurrence « ils ne doivent jamais se mettre au premier plan, eux-mêmes ou leurs opinions. » Au prêtre, et en particulier au prêtre qui célèbre, conviennent « l’humilité et l’obéissance au rite, en y adhérant de cœur et d’esprit, en évitant tout ce qui pourrait donner l’impression d’une initiative propre inopportune. » On ne peut que constater qu’il y a bien des efforts à faire en ce domaine, y compris pour nous autres prêtres qui offrons le Saint Sacrifice selon le rit ancien. N’avons-nous nous pas en effet comme une tendance naturelle à vouloir apporter notre petite touche personnelle qui fait que ‘notre’ messe n’est pas tout à fait ‘celle’ du confrère. Les fidèles ne sont d’ailleurs pas toujours dupes. Aussi le Pape nous demande t’il « d’approfondir toujours la conscience de notre ministère eucharistique comme humble service rendu au Christ et à son Eglise. »

Le célibat sacerdotal trouve aussi dans la célébration des Mystères son sens. « Il est une conformation particulière au style de vie du Christ » qui identifie le prêtre à « l’Epoux qui donne sa vie pour son Epouse. » Il est un signe admirable, et sûrement aussi un signe de contradiction pour le monde, du don du Christ pour les hommes. Benoit XVI en rappelle donc « la beauté et l’importance » et surtout « en confirme le caractère obligatoire pour la tradition latine. » Certains condamneront cette discipline qu’ils estiment dépassées. Nous y voyons au contraire une nécessité vitale pour les chrétiens du XXIe siècle qui ont besoin de redécouvrir le sens du sacré et le sens du don gratuit. La survie de l’Eglise – si tant est que l’Eglise puisse périr – suppose la survie du sens du sacerdoce, car le prêtre est justement un autre Christ, prêtre et victime.

C’est aussi dans le Sacrement de l’Eucharistie qu’il nous faut redécouvrir la beauté du mariage avec les caractéristiques qui lui sont essentielles. Le mariage est en effet signe de l’union du Christ et de son Epouse, l’Eglise. Or cette union, nous l’avons dit, se réactualise à la messe, sacrifice de l’alliance nouvelle et éternelle. Or le mariage est attaqué dans son unicité et son indissolubilité, ce qui constitue « un problème pastoral épineux et complexe, une vraie plaie du contexte social actuel, qui touche de manière croissante les milieux catholiques eux-mêmes. » Malgré la sollicitude pastorale de l’Eglise pour ses enfants, il faut rappeler qu’elle ne peut pas admettre « les divorcés remariés aux sacrements, parce que leur état et leur condition de vie contredisent objectivement l’union d’amour entre le Christ et l’Eglise. » Ces derniers ne sont certes pas exclu de l’attention maternelle de l’Eglise et c’est précisément au nom de la charité – et de la justice – que la sainte communion leur est refusé. Puisse cela les aider à revenir pleinement vers le Christ.

C’est à Notre-Dame que nous confions tous les enfants de l’Eglise, en particulier ceux qui se sont éloignés de la vérité objective, afin qu’ils reviennent à la Vie en cheminant sur la Voie de la Vérité. Qu’elle nous guide tous vers son Fils, présent pour nous sur nos autels où nous pouvons y puiser les eaux vives de son Amour qui purifient et sanctifient nos âmes. Le Sacrement de l’autel est le viatique qui doit nous mener vers le banquet final, « les noces de l’Agneau qui doivent se célébrer dans la joie de la communion des saints. »

A suivre....

lundi, mars 12, 2007

Un beau témoignage

J'ai eu l'occasion de rencontrer Pierre Panis il y a 7 années de cela, alors que, jeune prêtre nouvellement ordonné, je debutais mon ministère sacerdotal à Perpignan. Pierre étant incapable de se déplacer, j'allais de temps à autre chez lui afin d'y célébrer la messe et lui donner le Bon Dieu. Ce fut pour moi une expérience très enrichissante, car si j'avais le bonheur de pouvoir lui offrir les Sacrements, j'avais aussi celui de recevoir une belle leçon de vie et de Foi. Que Notre-Dame garde sa foi intacte et lui donne la volonté de poursuivre son oeuvre jusqu'au bout pour la plus grande gloire de Dieu.
dignité humaine ou lâcheté inconséquente ?

Né en 1952, marié en 1977, viticulteur-arboriculteur de profession, hyper dynamique de nature, je vivais heureux et croquais la vie à pleines dents.
Un jour, vers la fin de l'année 1985, j'avais 33 ans, j'ai commencé à être gêné pour utiliser un tournevis.
Six mois après j'étais en fauteuil roulant et, trois ans après, ne pouvant plus tenir ma tête, j'optais pour le lit... que je n'ai plus quitté depuis ce jour.
Aujourd'hui, je suis entièrement paralysé, trachéotomisé, branché à un appareil respiratoire et ne peux désormais remuer que les yeux.

Cette maladie, appelée "Sclérose Latérale Amyotrophique" (S.L.A.) ou "maladie de Charcot" entraîne une dégénérescence inexorable de tous les muscles et conduit rapidement le malade à une dépendance totale.

Par bonheur, je possède un ordinateur équipé d'un logiciel spécial qui me permet d'écrire avec les yeux. C'est grâce à cet équipement que je peux vous écrire aujourd'hui.

Le premier moment d'abattement passé, je me suis tourné vers le Ciel et j'ai demandé : pourquoi moi ? ? ?
Mon sort me paraissait injuste ; il y a tant de chômeurs professionnels... Tant d'individus sans foi ni loi... POURQUOI MOI ?

Je voulais comprendre... et j'ai compris !
J'ai compris qu'il m'avait fallu cette maladie pour me rendre compte que, comme beaucoup de monde, je me mettais la conscience tranquille en allant à la messe le dimanche mais qu'en fait, j'étais très loin de suivre la route du Seigneur.

Aujourd'hui, je suis entièrement paralysé, je ne peux remuer que les yeux mais je suis heureux :
- heureux de marcher à nouveau sur la route du Seigneur,
- heureux de vivre enfin en conformité avec mon idéal,
- heureux d'être modestement utile à mon Dieu.

Issu d'une vieille famille terrienne, catholique et pratiquante, ayant toujours eu la Foi, à l’annonce de ma maladie, je me suis jeté en elle avec le désespoir et la frénésie d'un naufragé sur une bouée de sauvetage...
Malgré l'extrême douleur des premières années : le désarroi dure tant que dure la descente aux enfers, j'ai maintenu ma confiance en Dieu...

La descente dure tant qu'il reste des muscles à immobiliser, à paralyser. A partir de là, quand on a touché le fond, quand la maladie ne trouve plus de quoi alimenter son appétit destructeur, on entre dans ce que nos éminents spécialistes appellent la phase terminale.
Il y a 17 ans que je suis en phase terminale, je m'y suis habitué et, au risque de vous surprendre, ma joie de vivre balayant ou occultant tous les inconvénients et contraintes liés à mon état, je suis heureux !

J'ai les idées bien en place et aucune envie de me plaindre !
Oserai-je dire : au contraire !...
Car cette maladie est, pour moi, une sanctification forcée... à la limite de l'injustice...
Gloire à Dieu !
Réaction au malheur incompréhensible pour la plupart, mais Dieu remplit ma vie et je ne manque de rien. Le bonheur serait il subjectif et totalement indépendant de toute jouissance humaine ?
Je laisse à chacun le soin de méditer cette pensée qui est une approche directe de l'influence permanente de Dieu dans nos vies, par une action à la fois permanente et imperceptible sur notre coeur, notre ressenti et nos évidences fondamentales...

Oui, la souffrance existe, aussi bien physique que morale mais il est écrit dans la Bible : Matthieu 11, 28-30
"Venez à Moi, vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau, et Moi Je vous soulagerai.
Chargez-vous de Mon joug et mettez-vous à Mon école, car Je suis doux et humble de coeur, et vous trouverez soulagement pour vos âmes.
Oui, Mon joug est aisé et Mon fardeau léger. "

Je suis là pour en témoigner !... J'ai, bien souvent, remonté le moral de gardes-malades désespérées pour des peines légères et passagères mais j'ai moi-même rarement perdu le moral et je n'ai jamais perdu l'espoir parce que je n'ai jamais douté de l’Amour de Dieu.

Comment penser à l'euthanasie quand on a Dieu dans le coeur et quand aucune souffrance ne peut altérer notre confiance en Lui...
Les « sans Dieu » sont à plaindre car ils ne connaissent pas l'incommensurable bonheur de se sentir aimé de Dieu, ils ne peuvent pas imaginer le secours bien réel dont bénéficient les amis de Dieu dans l'épreuve.
Quand l'enfer se déchaîne contre nous, nous savons qu'il ne s'agit que d'une épreuve supplémentaire, destinée à tester notre Foi et notre confiance envers le Tout-Puissant, Créateur de tout ce qui est...

Il faut savoir que nous avons été créés par un débordement de l’Amour Infini de Dieu et que toutes nos souffrances sont nécessaires à notre purification, pour la préparation de notre Eternité bienheureuse dans la Gloire de Dieu.

Oui, quand l'enfer se déchaîne contre nous, nous accentuons notre prière, nous implorons le Ciel et nous gardons confiance... alors que les « sans Dieu », dans la même situation, désespèrent, appelent la mort et revendiquent le droit à mourir.
Ils appellent ça « mourir dans la dignité » ! Ne s'agit il pas plutôt de désespoir et de lâcheté ?
Ce qui est grave, parce qu'irréversible, c'est qu'ils refusent la Volonté Divine qui est Lumière et se précipitent dans la mort qui est ténèbres.
Dieu respectera leur choix, leur libre arbitre, et les laissera aller dans les ténèbres éternelles puisque telle est leur volonté, libre et délibérée.

Alors que celui qui accepte et offre sa souffrance se met en phase avec la Volonté Divine parce qu'il fait preuve d’humilité, d’obéissance, de soumission, de confiance et d’amour envers notre Créateur et Rédempteur.
La souffrance acceptée et offerte purifie notre âme, constitue une protection contre l'enfer et fait office de sauf conduit pour le purgatoire dont elle peut réduire sensiblement la durée.

L'euthanasie est donc criminelle à double titre : pour le temps et pour l'Eternité. Par son refus radical de la Volonté Divine elle est un billet pour l'enfer.

Il en est de même pour l'avortement. La culpabilité de l'avorteuse est même bien pire car, pour un confort égoïste, elle ôte la vie à son propre enfant qui possède déjà une âme immortelle et vivra donc éternellement dans le Ciel en qualité de martyr de sa propre mère.

Mais il est IMPORTANT de savoir que Dieu pardonne au pire des criminels qui implore son pardon avec un repentir sincère.
Chacun peut donc décider de revenir à Dieu à tout moment mais, en nos temps troublés, il serait quand-même prudent de ne pas attendre.

En conclusion, qu'importe notre vie actuelle, offrons la joyeusement à la Divine Justice, soyons des amis fidèles de notre Dieu d'Amour et de Miséricorde, des esclaves de l'Amour, car nous savons que nous passerons l'Eternité dans Sa Gloire et que la Vision Béatifique chavirera perpétuellement notre coeur dans le ravissement et dans l'extase.

Pierre PANIS.

autorisation pour diffusion maximum
PS: J'ai retransmis le texte sans n'y rien toucher. L'Eglise ne s'est pas prononcée quant au sort des bébés morts dans le sein de leur mère. Personnellement je tiens pour plus conforme à la Tradition la possibilité que ces âmes soient aux Limbes!
Abbé Laurent Demets

Cyrniorum fortia bello pectora

Peut etre ignoriez-vous que la Papauté fut d'abord défendue par des Corses, avant que les Suisses ne relèvent l'antique garde insulaire ? Car la Corse était déja Patrimoine de Saint Pierre bien avant la formation des Etats Pontificaux. C'est Louis XIV qui exigea la dissolution de cette garde suite à une altercation avec son ambassadeur à Rome.

Toujours est-il que la Corse a un long passé de traditions religieuses dont le magnifique chant polyphonique continue toujours aujourd'hui à nous émerveiller.

Le lien suivant vous conduira sur un site consacré à la Corse et à son patrimoine culturel et religieux !

Pace e salute

Sermon de Saint Basile sur le jeûne

Suite et fin

L'intempérance est la source des plus affreux désordres. Les mets délicats et les vins exquis nous portent à des passions brutales. Les délices irritent la concupiscence et allument dans les hommes des désirs furieux qui les rendent semblables à des chevaux indomptés. Les excès du vin nous font renverser l'ordre de la nature, pervertir et corrompre l'usage des différents sexes. Le jeûne au contraire entretient la modestie et la continence dans le mariage; il nous fait retrancher même les choses permises, et permet que deux époux se les interdisent de concert pendant quelque temps pour vaquer plus librement à l'oraison.

Prenez garde néanmoins de borner l'avantage du jeûne à l'abstinence des viandes. Le jeûne véritable est de s'abstenir des vices. « Rompez tout lien d'iniquité »( Is. 58. 4 et. 6.) : pardonnez à votre prochain la peine qu’il a pu vous faire, remettez-lui ses dettes; ne jeûnez plus pour faire des procès et des querelles. Vous ne mangez point de chair , mais vous dévorez votre frère. Vous vous abstenez de boire du vin, mais vous ne modérez aucune des passions qui vous emportent. Vous attendez le soir pour manger, mais vous consumez, tout le jour dans les tribunaux. Malheur à ceux que, non le vin , mais leurs passions enivrent ( Is. 51. 21. ). La colère est une ivresse de l’âme; elle la trouble et la transporte comme le vin. La tristesse est aussi une ivresse, puisqu'elle enveloppe et ensevelit la raison. La crainte est une autre ivresse, quand elle nous fait trembler mal-à-propos. « Délivrez mon âme, dit David au Seigneur, de la crainte de mon ennemi »( Ps. 63. 2. ). En général, toute passion violente qui trouble et dérange la raison, peut être appelée ivresse. Voyez un homme emporté par la colère: cette passion le rend ivre; il n'est plus maitre de lui-même, il ne se connaît plus, il ne connaît aucun de ceux qui sont présents; il se jette sur tous ceux qu'il rencontre, comme dans un combat nocturne ; il parie au hasard, il ne peut se contenir, il invective, il frappe, il menace il crie, il s'emporte en jurements , il se livre à toute sa rage. Evitez une pareille ivresse.

Fuyez aussi celle que cause le vin. Ne vous préparez pas à boire de l'eau en buvant du vin avec excès. Que l'ivresse ne vous introduise pas dans les mystères du jeûne. Ce n'est pas l'ivresse qui conduit au jeûne, comme ce n'est pas la cupidité qui conduit au désintéressement, ni l'intempérance à la sagesse, ni en général le vice à la vertu. Il est un autre chemin qui conduit au jeûne; la frugalité mène au jeûne comme l'ivresse mène aux dissolutions. Les athlètes se préparent au combat par des exercices; on se dispose au jeûne en s'exerçant à l'abstinence. Ne cherchez pas à éluder la loi, et à vous dédommager d'avance, par la débauche, d'un jeûne de cinq jours. C'est en vain que vous mortifiez votre corps, si vous ne rendez pas cette mortification utile en renonçant au vice. Vous confiez des provisions à un cellier perfide : vous versez du vin dans un tonneau percé. Le vin s'écoule par le passage qu'il trouve ouvert, et le péché demeure. Un esclave fuit le maître qui le frappe; et vous ne vous éloignez pas du vice qui attaque tous les jours votre tête. La meilleure mesure dans l'usage du vin, c'est de n'en prendre que pour le besoin du corps. Si vous passez aujourd’hui les bornes, vous aurez demain la tête pesante, vous serez ennuyé, étourdi, vous exhalerez une odeur désagréable, vous croirez que tous les objets qui vous environnent tournent autour de vous. L’ivresse cause un sommeil qui approche de la mort, et un réveil qui ressemble à un assoupissement. Ne songez-vous plus à celui que vous devez recevoir. C'est celui qui nous fait cette promesse consolante : « Mon Père et moi nous viendrons, et nous ferons en lui notre, demeure »(Jean. 14. 23.). Pourquoi donc recevez-vous d'abord l’ivresse, et fermez-vous par-là l'entrée au Seigneur? pourquoi invitez-vous l’ennemi à s'emparer des avenues de votre âme? L'ivresse ne reçoit pas le Seigneur, l'ivresse bannit l'Esprit-Saint. L'intempérance chasse la grâce, comme la fumée chasse les abeilles. Le jeûne est l'ornement de la ville, le soutien du forum, la paix des maisons, la sûreté des fortunes. Voulez-vous comprendre quelle est sa dignité ? Comparez le jour où nous sommes avec le jour suivant: vous verrez le bruit et le tumulte se changer en un calme profond. Je voudrais que nous fussions aussi sages aujourd'hui que nous le serons demain , et que demain il régnât la même joie qu'aujourd'hui.

Que le Seigneur qui fait succéder les temps les uns aux autres, nous accorde, après nous être exercés comme de braves athlètes, et avoir pratiqué constamment la tempérance, d'arriver au jour où seront distribuées les couronnes: qu’il nous accorde, après nous être conformés dans cette vie au Sauveur souffrant, de recevoir dans la vie future la récompense de nos travaux, de la main du souverain Juge, à qui soit la gloire dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

dimanche, mars 11, 2007

The quest for Christian perfection

With Saint Francis de Sales

Part III: Third Sunday of Lent
Let us continue our meditation on the quest of Christian perfection. We know now that it consists firstly of fighting our affections for sins. This fight is the negative side of perfection that we can associate with the purgative way described by the spiritual authors, especially Saint John of the Cross and Saint Theresa of Avila. It is the way of beginners in spiritual life, but it is not limited to beginners only. We can be tempted to think that after a while, we can ease off of penance and mortification because we have reached a higher level of sanctity. Then we believe, maybe in good faith, but certainly not without error, that because we love enough God, we no longer need to apply to ourselves certain penitential practices.

But the three stages of the spiritual life – the purgative way, illuminative way and unitive way – are not totally separate and distinct. Even the great Saints still had to mortify themselves because they were still tempted and marked by concupiscence as is every human being on earth. Lent comes to remind us each year of the necessity of mortification which should not to be in spirit and in intent only but must be applied with actions.

By the way, if anyone knows what it means exactly to have the “spirit of Lent” without practicing penance, I would be interesting to hear it so that I may be enlightened. It is like the “spirit of the Council”: many speak about it, but only a few know anything of what the proper texts of the Council actually say. And I, personally, find it very funny when their so-called spirit contradicts the text itself. One day, a priest tried to convince me that we have to use only vernacular language for the Liturgy, because it is the spirit of the Council. I just responded by saying that I don’t know what this spirit is, but, on the other hand, that I do know what the Council says, and it says that Latin is still the language that must be used for the Liturgy.

But, I disgress, let us now return to the heart of our subject. Christian perfection, on its positive side, consists of loving God. In fact, loving God and fighting against sin is the same thing; they are like two sides of the same coin, because the love of God is the antithesis of loving sin and the two mutually exclude each other. The more you love God, the more you hate sins and the less you care about your sins, the less you love God.

So, we must first be purified of any mortal sins because they remove charity from our soul. You already know from your catechism that just one mortal sin is enough to lose the Grace of God. It kills your soul by removing the principle of its life. Deprived of its life, which is God himself, a soul in the state of mortal sin deserves, in justice, hell for eternity. This is justice, dear brethren, and this justice does not contradict the love that God has for us. So, damnation which is an act of justice, shows a posteriori how grave and terrible a mortal sin is. If I deserve to go to hell because of one single act that I have committed maybe just in two seconds, it is because this act was a terrible act against the love of God, the love He has for me.

For that reason, Saint Francis de Sales says that “the first purgation which must be made is that of sin; the means to make it is the holy Sacrament of penance.” Then he gives some practical advice in order to make a good confession. It starts with a good examination of conscience, with the help a book that can help you. “ read it carefully, and note point by point in what ways you have offended God, from the time that you came from the age of reason up to the present time (it can be since your last good confession); and if you mistrust your memory, write down what you have observed. And when you have thus prepared and gathered together the peccant humors of your conscience, detest them and cast them away by as great a contrition and displeasure as your heart can conceive, considering four things: that by sin you have lost the grace of God, forfeited your place in Heaven, incurred the everlasting pains of hell, and renounced the everlasting love of God.”

It is the occasion to remind you that you must confess every single mortal sin not already confessed since your last confession, in order to receive absolution validly. And you must confess them according to their species. If you have murdered someone, it is not enough to say: I did something I shouldn’t have done or to say I have sinned against charity and justice. If you don’t remember how many mortal sins you have committed since your last confession, try to be as exact as you can and to say how frequently these sins were committed. For example, if you have the habit of stealing regularly from the cash drawer of your office, say that you have stolen around 10 dollars a week for 2 years. Remember that one mortal sin deliberately hidden in confession makes this confession invalid and even worse: you commit another mortal sin of sacrilege.

Now, you may have already renounced mortal sin and you try to keep your soul in state of grace, which is good. But you still need to be purified. Saint Francis de Sales speaks about this, saying: “the second purgation, which is that of the affection of sin.” Then he explains that “there are some penitents who forsake sin, but do not give up their affection to it.” Remember that we said last week how necessary it is to get rid of such an affection! Our Saint continues and says that these penitents “resolve to sin no longer, but they have a certain reluctance to deprive themselves of the miserable delectations of sin; their heart renounces sin and departs from it, but does not cease that to look back often in that direction. They abstain from sin as the sick abstain from melons, which they do not eat because the doctor tells them that they will die if they eat them; but they repine at abstaining from them, they talk of them and are unwilling to believe that they are unwholesome, they wish at all events to smell them, and envy those who are able to eat them."
"For in the same way these weak and faint-hearted penitents abstain for some time from sin, but it is with regret; they would like to be able to sin without being damned; they speak of sin with a certain satisfaction and relish, and esteem happy who commits sins.

Saint Francis de Sales warns us: “Alas! Such persons are in great danger!” The safety net by which to guard this danger is a great contrition which we can obtain by meditating on the goodness of God and all the benefits he displays in Creation. Then, by comparison, we have to consider the wickedness of our actions and their consequences. If God wills, we will put into practice these meditations during the Recollection in two weeks.

The fact is that as much as our contrition increases, our love for God increases too because it becomes the main reason for it. This love will not suppress the necessity that we have to fight against our bad habits and our bad affections. It will not suppress the necessity of penance and mortification. But it will help us a lot for this hard task. As the Curé d’Ars used to say, love doesn’t suppress the cross, but it makes it sweeter to carry.

May Our Lady help us to obtain more and more charity. May she bring us to its source, God Himself. With her help, we will apply ourselves next week to the contemplation of the Love of God which is His own essence.

vendredi, mars 09, 2007

Sermon de Saint Basile sur le jeûne (suite)

Rappelez-vous les saints des siècles passés , dont le monde n'était pas digne, qui erraient couverts de peaux, manquant de tout, persécutés, affligés (Heb. 11. 37 et 38). Imitez leur conduite, si vous voulez obtenir leur gloire. Qu'est-ce qui a fait reposer Lazare dans le sein d'Abraham? N’est ce pas le jeûne ? Toute la vie de Jean-Baptiste n'était-elle pas un jeûne continuel? Il n'avait ni lit, ni table, ni terre labourable, ni boeuf pour labourer, ni grains, ni serviteur pour les moudre, en un mot aucune des choses nécessaires à la vie. C’est pour cela que parmi ceux qui sont nés des femmes, il n'en a point paru de plus grand que Jean-Baptiste (Math. 11. 11.). Entre toutes les tribulations dont se glorifiait Paul, c'est surtout le jeûne qui l'a transporté au troisième ciel. Enfin Jésus-Christ notre Seigneur, après avoir fortifié , par le jeûne , la chair qu'il a prise pour nous, a voulu soutenir dans cette même chair les attaques du démon, afin de nous apprendre comment nous devons nous disposer et nous exercer aux combats des tentations. Comme la divinité du Fils de Dieu le rendait inaccessible à l'esprit tentateur, il s'est assujetti à nos besoins, afin de lui donner occasion de l'attaquer par cette apparence de faiblesse. Près de monter aux cieux, s’il a pris de la nourriture, ce n'était que pour fournir des preuves de sa résurrection.

Et vous, vous ne cesserez pas d'engraisser votre corps à l’excès, tandis que vous ne vous embarrasserez nullement de laisser dessécher votre esprit en négligeant de le nourrir d'une doctrine salutaire et vivifiante! Dans la mêlée, secourir un parti ,c’est faire succomber l'autre: ainsi se ranger du parti de la chair, c'est combattre contre l'esprit; comme passer du côté de l'esprit, c'est assujettir la chair: car ce sont deux puissances opposées. Si donc vous voulez fortifier l'esprit, il vous faut dompter la chair par le jeûne. C'est-là ce qui a fait dire à l’apôtre : Plus l’homme intérieur se détruit en nous, plus l'homme extérieur se renouvelle ; et ailleurs : Lorsque je suis faible, c'est alors que je suis fort (2. Cor. 4. 16. - 12. 10.). Ne mépriserez-vous pas des viandes corruptibles? ne désirerez-vous pas la table du royaume céleste, que vous préparera le jeûne d'ici-bas, ignorez-vous que l'intempérance vous engendre une foule de vers rongeurs ? Qui jamais dans les délice, continuelles d'une table abondante, mérita de participer aux grâces spirituelles ? Il fallut que Moïse se disposât par un second jeûne à recevoir une seconde fois les préceptes de la loi ( Exode. 34. 28.). Les Ninivites n'auraient pur échapper à la ruine totale dont ils étaient menacés s'ils n'eussent fait jeûner jusqu'à leurs animaux. Quels sont les Juifs dont les corps sont restés étendus dans le désert (Heb. 3. 17.) ? Ne sont-ce pas ceux qui demandaient à manger de la chair ? Tant qu'ils se nourrissaient de la manne et de l'eau du rocher, ils vainquirent les Egyptiens, ils passèrent la mer à pied sec, il n'y avait pas de malades dans leurs tribus (Ps. 104. 37.) ; mais lorsqu'ils regrettèrent les chairs de l'Egypte ( Exode. 16. 3. ), qu’ils se transportèrent dans ce pays par leurs désirs , ils fuirent privés du bonheur de voir la terre promise.
Cet exemple ne vous fait-il pas trembler? Ne craignez-vous pas que votre amour pour des viandes terrestre ne vous prive des biens éternels ? Le sage Daniel n'eût pas eu des visions aussi merveilleuses, sil n'eût purifié et éclairé son âme par le jeûne. Les vapeurs et les fumées qui s'élèvent d'une nourriture grossière , sont comme un nuage épais qui offusque les lumières par lesquelles l'Esprit-Saint éclaire nos intelligences. Si les anges prennent quelque nourriture, ce n'est que du pain selon le témoignage du Prophète: L'homme a mangé le pain des anges ( Ps. 77. 25.) . Ils ne connaissent ni la chair, ni le vin, ni rien de ce que désirent avec tant d'ardeur les esclaves du ventre. Le jeûne est une arme qui nous fait triompher de l'armée des démons. Cette sorte de démons, dit Jésus-Christ, ne se chasse que par la prière et par le jeûne. Tels sont les grands avantages que le jeûne nous procure.

Pour mettre un peu d'ambiance....

... et du baume au c(h)oeur !

Message du chant du XV

Dimanche une partie décisive va se jouer entre l'Angleterre et la France. Supporters, nous avons un match à jouer !

Parce que notre équipe mérite les meilleurs supporters, chantez pour eux dimanche. Et si vous n'êtes pas à Twickenham, chantez devant votre poste :) et préparez vous pour France / Ecosse.
1- Vous êtes à Londres ce week-end, venez chanter avec nous samedi soir à partir de 18h30 (Picadilly, Oxford Street, Regent Street) et dimanche à partir de 12h30 aux abords du stade pour le traditionnel pique-nique.
2- Pour tous, les conseils du coach vocal JJ, les dernières vidéos (entraînement public à Bondoufle, France / Pays de Galles) et le message de Raphael Ibanez sur
Allez les bleus, vive le rugby et vive les supporters qui chantent !!!
P.S. Les conseils donnés sur le site pour le chant des supporters ( comment placer sa voix... ) s'appliquent très bien pour le chant des fidèles à la messe... dans un tout autre registre, convenons-en !

Birth of a little "Princesse de France"

Prince Louis de Bourbon and Princesse Marie-Marguerite

We are very glad to announce that the first child of Prince Louis de Bourbon - who would be King of France Louis XX - and of Princess Marie-Marguerite was born last Monday in Miami. The young Princess is named Eugénie, in honor of Queen Victoire-Eugénie, spouse of the King of Spain Alphonse XIII.

The "Institut de la Maison de Bourbon " announced that a Te Deum will be celebrated soon!

Domine Salvum fac Regem

jeudi, mars 08, 2007

Message de Notre-Dame de Chrétienté

Le 8 mars 2007
Saint Jean de Dieu

Cadres de NDC, Amis pèlerins,

Les inscriptions aux 33 jours préparatoires à la consécration mariale de la Pentecôte continuent d'affluer. Bravo à vous et merci à Dieu ! Rappelons que ceux qui se sont déjà consacrés à Notre-Dame peuvent tout à fait renouveler leur consécration. D'une part, en effet, il en va de la gloire de Notre-Dame que nous soyons le plus nombreux possible à cette cérémonie ; d'autre part, celui qui renouvelle sa consécration ravive ses bonnes dispositions tout en découvrant souvent de nouveaux aspects de la consécration mariale.

« Totus Tuus... ! »

Tout ce que j'ai est à vous et tout ce que vous avez est à moi. Oui ! La consécration mariale est un don gratuit du Ciel, un don d'amour, car il n'y a pas d'amour sans gratuité. Et ce don nous obtient le privilège inouï de nous faire entrer dans l'intimité de la Mère de Dieu... C'est pourquoi, ayant étudié dans le précédent article la consécration mariale en tant que renouvellement des promesses de notre baptême, nous voudrions ici vous la faire découvrir comme un don mutuel d'amour entre deux personnes : le chrétien et la Vierge. Don mutuel dont l'unique raison d'être est de s'achever en Jésus : nous nous donnons à Marie pour se donner à Jésus ; Marie, en se donnant à nous, nous donne ultimement Jésus. [cf extrait du Traité de la Vraie Dévotion]

La consécration mariale, acte et état.

Si la consécration mariale est sous ce rapport une alliance avec Notre-Dame, nous pouvons y distinguer, comme dans toute alliance, un acte ponctuel, par lequel est conclue l’allaince, et un état durable, auquel elle conduit. La profession des voeux introduit pour la vie à l'état religieux, et le sacrement de mariage introduit pour la vie à l'état conjugal. De même, notre consécration mariale ne se limitera pas à la lecture solennelle d'une charte le dimanche soir de Pentecôte mais ce bel acte sera le commencement et le fondement d'une vie mariale. C'est aussi pour se préparer à cette nouvelle vie, ou pour l'approfondir, qu'une préparation à la consécration mariale est nécessaire.

« Et le disciple prit Marie chez lui »... A mon tour !

Réjouissons-nous, la vie mariale n'exclut aucun état de vie. Loin d'alourdir ou d'entraver les devoirs de notre état, elle les anime de l'intérieur, leur donnant un surcroît de perfection et de mérite et, par ailleurs, une délicate touche mariale que notre entourage saura goûter. Jeune homme, comme le jeune et fougueux saint Jean, reçois la Parole du Maître : « voici ta Mère». Jeunes filles, voulez-vous prendre chez vous la Vierge Fidèle ? Maris, femmes, parents, prenez chez vous l'Epouse attentive de saint Joseph [cf texte sur Saint Joseph] et la Mère parfaite de l'Enfant-Dieu ! Religieux et Religieuses, voulez-vous prendre dans votre clôture la première Consacrée ? Et vous prêtres, voulez-vous consacrer votre sacerdoce à la Mère et Associée du Christ Souverain-Prêtre ?

Oui ! Puissent les prêtres eux-mêmes être nombreux à 'marcher devant' leurs fidèles en se consacrant à Notre-Dame ! De sang royal (de la race de David) et plus royale encore par la grâce, Notre-Dame (Domina) veut encore régner sur vous, les grands, les nobles, les chefs et sur vos entreprises, vos chapitres...

O petits, serviteurs, bénis de Dieu, permettez à Marie de demeurer en vous la Servante du Seigneur. Et toi, pécheur, pauvre enfant d'Eve, exilé, laisse-là te couvrir de son manteau Immaculé. C'est donc toute la chrétienté que le Christ veut aux pieds de Sa Mère et dans son Coeur. Chrétienté, à genoux !!

Un aumônier du pèlerinage

Sermon of Archbishop-emeritus John F. Donoghue

Last Friday, Archbishop-emeritus of Atlanta John Donoghue celebrated the first Mass for the Vigil of the Alliance of the Two Hearts at Saint Andrew Church ( Roswell, GA ). Here is the sermon that he gave during Mass.

Archbishop-emeritus John Donoghue

"Dear Friends in Christ,

All of us, during the Season of Lent, must answer the question, what is this time for? Why does the Church insist that these forty days of penitence precede our celebration of the Lord's Passion and Death, by which our redemption was won? And why, during these days, do all other devotions take a second seat to the relentless message of Lent, as the Church presents it, day after day, in the Gospel readings devoted to humility, contrition, poverty, and detachment?

Consider these lessons, each drawn from the daily Gospel of next week's Lenten Masses:
"Stop judging and you will not be judged. Stop condemning and you will not be condemned."
"Whoever exalts himself will be humbled; but whoever humbles himself will be exalted."
"Whoever wishes to be great among you shall be your servant, whoever wishes to be first among you shall be your slave."

And then, there is story of the poor beggar Lazarus, who died and was taken in to the bosom of Abraham, to await the coming of the Messiah, while the rich man, Dives, who had ignored the suffering of Lazarus, died and was sent into eternal torment, crying out perhaps the most wrenching, and the most terrifying words to be heard in Scripture: "Father Abraham, have pity on me. Send Lazarus to dip the tip of his finger in water and cool my tongue, for I am suffering torment in these flames."

These warnings of our Lord, and especially this vision of Hell, direct us to one end concern with our own souls the immediate need to bring our own spiritual house in order, before it is too late. The Church understands how easy it is, even given the sincerity and ardor of our devotions, to still fall victim to the tricks of the tempter and the tempter uses nothing better, than our own sincerity, which can so easily lead to self-assuredness, and then to the fatal condition pride. And the tempter's most subtle trick? To trap us into believing that if we say this many prayers and make this many novenas, if we exhaust our bodies with penance and reparation, that we can somehow, by our devotional expertise, be freed, and free everyone else from suffering, from feeling the pain of the Cross, and the inevitability that as life lengthens, so does our suffering with the Lord deepen. What a devilish track this is: we slip into the role of judging ourselves, and declare ourselves to be on the right path suddenly supposing that we are the partner of Divinity, by virtue of our holy works and spiritual exercises. We count our prayers, our acts of piety we tally them up on a scorekeeper's board, and hold it up for the Father to see. But such pride is a sickness in the soul, the sickness of Adam and Eve, we have eaten the fruit of knowledge, thinking to be sure on our own thinking to become a god with God, and escape the trial of our own life, our the doubt of our human condition.

The Church, by the power of the Holy Spirit, prescribes Lent like a purgative medicine, to cleanse us of self righteousness. She dispenses and insists on the ashen, violet, stringent remedy of Lent because she remembers the decisive words of Jesus Christ that speak of first things first: "Those who are well do not need a physician, but the sick do. Go and learn the meaning of the words, 'I desire mercy, not sacrifice. 'I did not come to call the righteous but sinners." The Church fears for us if we declare ourselves righteous, calling us to the Lenten awareness that we are not righteous, but wretched wretched and hopeful. Hopeful as those must be, who depend entirely on the mercy of a forgiving God, and the redemptive sacrifice of His loving Son.
Who then, are we to be? Judges of ourselves, clinging to a false conviction that our self-defined spiritual exercises, will set us apart from all others, distance us from their sins, exempt us from their fall? Or are we to admit our sins, fall to our knees, beg for, and even welcome the judgment of God upon our heads presenting our helplessness, and crying out for help, help from the heart of God, beating in the body of His Son. Where then, to look for our treasure? In the deception of self-righteousness, or in the lowliness of admitting who we really are? And where then to find our heart? For where our treasure is, there our hearts will also be.

What does our Lord's Sacred Heart tell us? Where does our Lord's Sacred Heart tell us to look for our treasure? This is the answer: when Jesus saw the crowd, the Gospel says, "His heart was moved with pity for them." Pity! The pity in Jesus' heart is our treasure. Do we want, do we desire, do we implore the Lord's pity, or do we scorn His pity, by presuming that our prayers will set us among the elect? Lent is here to steer us towards the former answer.

Dear friends, if we mind the Church's discipline, the season of Lent will be a hard experience, a rough road, a time of tumult within our soul, of staring down the worst fears that our imaginations can raise, and a desperate evocation of hope from within a shake-up which begins at the bottom of our being, and leaves nothing concealed or skimmed over by the normal habits of our normal lives. Nothing about Lent should be normal, and if we try to treat it as normal, then we will miss the Holy Spirit's special gift to us at this time of the year the opportunity the golden opportunity to be honest and humble, while there is still time. "Settle with your opponent quickly while on the way to court," the Lord tells us in today's Gospel.

The court is ahead, the judge awaits-- Holy Week is the court where the final judgment begins, and the verdict is read out --and the verdict pronounced on us is that we cannot live unless we cast ourselves on the mercy and generosity of Jesus Christ-- accepting the gift of His Body and Blood, admitting that the evil in us sent Him, once and for all time, to die on the Cross. The opponent would have us believe that we can merit these gifts on our own-that we should stride into court, secure in the belief that our case is a good one, and that our own efforts at holiness are enough to win the verdict, enough to make us worthy of sharing the award that will follow.
But the truth, the truth that Lent calls us to admit, is the opposite, even as God the Merciful Father is the opposite of His eternal enemy, the prince of lies, tricks and darkness. The truth
is that we should crawl to the court of Holy Week on our knees, and in shame, not even lifting our eyes to the face of the judge, knowing we deserve no part of the award, either for what we have done, or what we have failed to do--and on our knees, admit that our guilt can only be made innocent, in the innocence of the Lamb, who has shed His blood for our case, for our freedom.
Only if we do this, only if we take Lent as bitter but healing medicine for our souls, will we see, will we know, will we be given, a share in the reward that makes us clean and worthy the love flowing from the heart of Jesus Christ. Only then, out of our distress and humility and our poverty can we worthily receive our treasure, the heart of Jesus Christ. And only then, will we be where our treasure is, in the heart of Jesus Christ."

mercredi, mars 07, 2007

La Terreur

4ème partie de la conférence sur
la Révolution et le laicisme

Musique d'introduction : Fanfare for the common man,
intérprétée en la Cathédrale Christ the King d'Atlanta ( Georgia )

Le jeûne selon Saint Basile ( suite )

les trois enfants dans la fournaise ( Daniel III )

Il est une sorte de pierre appelée amiante, qui ne peut être consumée par le feu, et qui, jetée dans les flammes, paraît être réduite en charbon, mais qui en étant tirée n'en est que plus pure comme si elle eût été lavée dans l'eau. Tels étaient les corps des trois enfants de Babylone ; le jeûne leur donnait la vertu de l'amiante. Au milieu d'une ardente fournaise, supérieurs au feu, comme s'ils eussent été d'or , ils n'en reçurent aucun dommage : ils parurent même plus puissants que l'or , puisque le feu, loin de fondre leurs chairs, les conservait intacts. Cependant rien alors ne résistait à une flamme , dont la violence redoublée par des amas de sarments , de souffre et de bitume , s'étendait à quarante-neuf coudées, dévora tous les objets environnants, et consuma nombre de Chaldéens. Entrés avec le jeûne dans un incendie aussi terrible , les trois jeunes hommes le foulèrent aux pieds : ils respiraient un air doux et suave au milieu d'un feu violent, qui respecta même leur chevelure , parce que c'était le jeûne qui l'avait nourrie et entretenue. Daniel , cet homme de désir, après avoir passé trois semaines sans manger de pain et sans boire de vin , apprit aux lions à jeûner dans la fosse : leurs dents ne purent entamer son corps, comme s'il eût été de pierre, ou de fer, ou de quelque autre matière plus dure. Le jeûne avait donné au corps du Saint une trempe de nature à émousser les dents de ces animaux féroces , qui n'entreprirent pas même de le dévorer. Ainsi le jeûne éteint les flammes et adoucit les lions.

Le jeûne sert d'ailes à la prière pour s'élever en haut et pénétrer jusqu'aux cieux. Le jeûne est le soutien des maisons, le père de la santé, l'instituteur de la jeunesse, l’ornement des vieillards, l'agréable compagnon des voyageurs, l'ami sûr des époux. Un mari ne soupçonne pas la fidélité de sa femme, quand il la voit faire du jeûne ses délices: une femme n'est pas jalouse de son mari , quand elle le voit chérir et embrasser le jeûne. Le jeûne n'a jamais ruiné une maison. Comptez ce que vous avez de bien aujourd’hui ; comptez encore par la suite, et vous ne trouverez pas que le jeûne ait rien diminué de votre fortune. Lorsque l'abstinence règne, nul animal ne déplore son trépas : le sang ne coule nulle part, nulle part une voracité impitoyable ne prononce une sentence cruelle contre les animaux : le couteau des cuisiniers se repose; la table se contente des fruits que donne la nature. Le sabbat avait été donné aux Juifs , pour qu'ils laissassent reposer leurs bêtes de somme et leurs serviteurs ( Exode. 20. 10.).
Que le jeûne donne quelque relâche à ceux qui vous servent toute l'année, qu’ils respirent de leurs continuels travaux. Qu'on n'entende plus dans votre maison tout ce tumulte, que la fumée et l'odeur des viandes en soient bannies; que cette foule d'hommes diversement employés au service de la table, qui vont et qui viennent sans cesse exécuter les ordres du ventre, de ce maître dur et sans pitié, se tiennent enfin tranquilles. Les collecteurs des tributs laissent au moins quelques moments de repos à ceux qui sont sous leur juridiction: que le ventre fasse au moins avec nous une trêve de cinq jours (1), ce ventre insatiable, qui demande toujours et n'est jamais satisfait, qui a déjà oublié aujourd'hui ce qu'on lui donna hier.

(1) Une trêve de cinq jours , sans doute pendant chaque semaine de carême : car les Grecs ne jeûnaient ni le dimanche, ni le samedi. Au reste, nous voyons ici que, quand ils jeûnaient, leur jeûne était beaucoup plus austère que le nôtre, puisqu'il n’y avait alors chez eux presqu’aucune cuisine.